Les énergies renouvelables présentent de nombreux avantages. Elles permettent, par exemple, de diminuer la consommation de carburants fossiles. Et donnent au consommateur la possibilité d’être acteur dans la production d’électricité.

Distribution électrique + technologies informatiques
Pourtant, les énergies renouvelables ont un inconvénient: leur production se déroule de manière intermittente. « C’est à ce moment-là que les smart grids et les smart meters entrent en jeu », indique Grégoire de Pierpont, ingénieur civil et co-fondateur d’Enerdeal. Le smart grid – également appelé réseau intelligent – est un réseau de distribution électrique qui a recours à des technologies informatiques afin d’optimiser la distribution entre les producteurs et les consommateurs.

Surveillez votre consommation électrique
Grâce à des capteurs reliés à un réseau informatique, le smart grid ajuste entre autres la production et la consommation électriques en vue d’éviter des pics de consommation. Le smart meter permet de surveiller toutes les 15 minutes l’échange de puissances entre l’utilisateur/producteur et le réseau ainsi que de flexibiliser la consommation. Ce compteur permet dès lors au consommateur de gérer sa consommation en temps réel et d’adapter son comportement afin de réduire les coûts.

 

Si les charges flexibles étaient bien intégrées dans le réseau, il n’y aurait plus besoin de maintenir les centrales au gaz – Damien Ernst

 

Filière photovoltaïque main dans la main…
Grâce à la smart energy, la facture énergétique du bâtiment est réduite mais aussi les coûts d’approvisionnement des moyens de transport écologiques. Selon Damien Ernst, professeur à l’Université de Liège, la filière photovoltaïque va ainsi arriver main dans la main avec les véhicules électriques : « Les prix des batteries et des panneaux photovoltaïques ne cessent de chuter. Ces derniers produisent principalement de l’énergie entre 11 h et 15 h, période durant laquelle la majorité des voitures sont à l’arrêt. »

…avec des voitures électriques
L’expansion des voitures électriques va néanmoins entraîner une hausse importante de la consommation électrique, affirme l’ingénieur « Un ménage consommera environ deux fois plus que ce qu’il consomme aujourd’hui, cette nouvelle problématique peut être compensée partiellement par la production d’énergie locale. »

Intégrez les batteries bien dans le réseau
« Pour le moment, en Belgique, on fait tourner des centrales au gaz onéreuses pour compenser les fluctuations. Si les batteries ou les charges flexibles étaient bien intégrées dans le réseau, il n’y aurait plus besoin de maintenir ces solutions d’appoint », souligne le professeur Ernst. La production d’énergies renouvelables est intermittente, elle demande beaucoup plus d’adaptation que les autres capacités de production.

 

Une véritable adaptation du réseau ne se fera que dans 20 à 30 ans – Grégoire de Pierpont

 

L’adaptation avance
Selon le professeur d’université, de plus en plus de moyens de production font leur apparition, mais très peu d’avancées ont été réalisées pour les intégrer dans le système: « Pour le moment, la flexibilité n’est pas encore totalement au rendez-vous. Il y a encore du pain sur la planche. » De son côté, Grégoire de Pierpont estime qu’« une véritable adaptation du réseau ne se fera que dans 20 à 30 ans ».

Une rôle clé pour l’infrastructure
« Nous passons d’un système centralisé et unidirectionnel à un système décentralisé et multidirectionnel », explique le cofondateur d’Enerdeal. L’infrastructure électrique va jouer un rôle clé dans ce cadre et le rôle des gestionnaires de réseaux va être décisif. Plusieurs initiatives visant à mieux intégrer les énergies renouvelables et la flexibilité dans les réseaux ont vu le jour en Belgique: en Wallonie, Gredor (gestion des réseaux électriques de distribution ouverts aux renouvelables) et en Flandre, Linear. Selon Grégoire de Pierpont, la rapidité avec laquelle un réseau intégré sera mis en place dépend fortement de la volonté des gestionnaires de réseau. « C’est au cours des dix prochaines années que l’on verra les changements arriver. »