Le « Big Data » bouscule de fond en comble nos manières de faire du business. Le concept, qui touche une majorité des grandes entreprises et des PME, englobe un ensemble de technologies et de pratiques destinées à stocker de très grandes masses de données et à les analyser très rapidement. Une réelle richesse… si elle est utilisée avec prudence et intelligence!

Le principe du Big Data se résume généralement par ses caractéristiques majeures, selon la règle des 3 V: « Volume », la quantité de données générée est en pleine expansion et suit une courbe quasi exponentielle, le commerce électronique et les réseaux sociaux étant les grands contributeurs de cette profusion de données, « Velocity », la rapidité de renouvellement des données dans un monde connecté n’est plus à démontrer. Toutes les nouveautés et mises à jour sont stockées, en phase avec la devise du Big Data: « On garde tout! » Et « Variety », les bases de données spécialisées sont en mesure de gérer la multiplicité des formats des données: textes, sons, images…

 

Nous croulons littéralement sous l’abondance d’informations – Maurice Belais

 

B2B, B2C, C2C
Maurice Belais, directeur du consulting chez Coheris, société spécialisée dans le « Customer Intelligence » et chargé d’enseignement en marketing et CRM, résume: « Nous croulons littéralement sous l’abondance d’informations. Ces données viennent du téléphone, de l’Internet, des réseaux sociaux, de l’entreprise… L’abondance de données est devenue une réalité qui croît de manière exponentielle, et impacte les relations B2B, B2C ou C2C dans 90 % des entreprises. Ceci génère deux défis de taille. Qui, s’ils sont relevés avec intelligence, peuvent transformer le “Big Dataˮ en outil très précieux! »

Analyser et simplifier
Le premier d’entre eux, au-delà du stockage, sera de rendre accessible ces informations pour en permettre une analyse: le rôle des analystes consistera à structurer ces informations et à en déduire un sens afin de permettre la prise de décision. Le second consiste en la simplification de l’information. Cette opération dépend du but poursuivi: développement commercial, notoriété, segmentation, typologie… Dès lors que la simplification des informations est aboutie, il faut la résumer pour la rendre accessible et interprétable à toute personne qui en a besoin pour avancer dans quelque cadre que ce soit.

big-is-beautiful_2

 Le Big Data peut aussi se mettre au service des plus démunis – Mike Olson

 

Différentes usages de Big Data
Mais, depuis peu, le Big Data n’est plus uniquement le domaine réservé des experts en statistiques et en sciences informatiques. Car il est également accessible à de nombreux secteurs plus spécialisés, tels que l’industrie médicale, par exemple. Dans laquelle il permet de créer de nouveaux traitements. Sinon, on pense également aux services financiers, l’analyse de données permettant, là, d’empêcher les transactions frauduleuses. Dans l’humanitaire, le Big Data aide à gérer les conséquences des guerres et des catastrophes naturelles. Quant aux publicitaires, ils l’utilisent pour mieux cibler leurs clients. Tandis que les vendeurs de détail peuvent, eux, maintenant, proposer de meilleures offres promotionnelles nettement plus ciblées.

Un dialogue éthique
Par ailleurs, le Big Data permettra aussi de résoudre progressivement d’importants problèmes économiques et sociaux. C’est notamment le cas en Colombie, où le gouvernement commence à se servir utilement de cette nouvelle technologie. Pour Mike Olson, l’un des fondateurs de « Cloudera », société spécialisée en gestion et analyse des données, le Big Data favorisera inévitablement le développement de nouveaux outils et innovations au service des plus démunis. « Pour ce faire, il ne faut absolument pas oublier l’importance d’un dialogue éthique entre les développeurs, les industries, les gouvernements et le public au sujet de l’exploitation des données et de la sécurité. Pour que les règles d’éthique, de confidentialité et de sécurité restent la priorité de tous. »

Temps & connaissance
Nous allons donc nous voir confrontés à un monde d’abondance de données dans lequel pourtant manquent deux choses essentielles: le temps et la connaissance. Bien utilisées, ces tonnes de données peuvent se révéler très utiles dans quantité de domaines. À nous de l’utiliser pour le meilleur, et sans le pire…