Dropbox a développé un réseau d’agences mondial. Chris Moojen a quitté Google pour un poste de country manager Benelux & France pour Dropbox. Sa passion pour la technique est son plus grand moteur et travailler pour Dropbox était un peu son rêve de gosse. « Lorsque vous êtes vraiment à votre place, vous rayonnez votre passion et les gens vous suivent. »

En 2007, Drew Houston, encore étudiant, à un moment tout à fait inattendu a développé un code pour appeler des données à distance. Dropbox était né. Le Benelux dispose également d’une agence Dropbox à Amsterdam, depuis janvier 2016. L’ancien manager de Google, Chris Moojen, a reçu l’honorable tâche de hausser Dropbox à un niveau supérieur sur le marché professionnel. Ce qui le motive?

« L’impact. Le nombre étonnamment élevé d’utilisateurs qui sont conquis par une seule solution et en voient la valeur. Par ailleurs, Dropbox n’est pas one size fits all. La consumérisation (influence des consommateurs, ndlr.) fonctionne différemment. Plusieurs personnes apportent diverses solutions, qui ont toutes des objectifs différents. Parfois, nous sommes en concurrence avec Google, parfois les solutions Google et Dropbox peuvent cohabiter voire collaborer d’une façon exceptionnelle. C’est beau à voir. »

Chris Moojen
©Nico Van Dam

 

Nous partageons de plus en plus souvent des liens. Il n’est alors pas question de sauvegarde, mais plutôt de collaboration

 

Pourquoi faites-vous ce que vous faites?
« Permettez-moi de vous donner une idée de la situation. J’ai débuté dans le monde du marketing. J’étais actif dans le marketing B2B et je m’occupais de marketing automation et de dashboarding. Plusieurs acteurs du monde ICT se sont intéressés à ma petite personne. Ils avaient besoin de quelqu’un disposant de connaissances plus étendues et diversifiées que des connaissances ICT pures. J’ai toujours ajouté une certaine valeur à l’impact d’une organisation. Tech est mon secteur et plus spécifiquement l’environnement SaaS (Sofware as a Service, ndlr). »

Comment êtes-vous alors arrivé chez Dropbox?
« Les utilisateurs de Dropbox ne se trouvent pas uniquement aux USA. Au contraire, 75 % des utilisateurs habitent ailleurs. Le centre de gravité se trouve même en Europe. Dropbox est beaucoup utilisé dans un environnement de collaboration. Au travail, au club de tennis… Étant donné qu’il est important de comprendre ces groupes et d’être proche du client, Dropbox a décidé de mettre sur pied des organisations locales. D’où également le bureau pour le Benelux, ici à Amsterdam. Ils cherchaient dès lors quelqu’un pour diriger ce siège. J’avais l’expérience d’un environnement SaaS et de la direction, c’est pourquoi ils m’ont proposé ce job. »

 

©Nico Van Dam
©Nico Van Dam

Des groupes de personnes peuvent créer quelque chose sans être physiquement reliés

 

Vous êtes un nerd et en même temps un manager?
« Les tech-nerds sont souvent passionnés. Lorsque vous êtes à votre place, vous rayonnez cette patience et les gens vous suivent. Je ne sais pas si je suis le manager le plus efficace, mais je suis en tout cas très passionné. Les aptitudes de manager s’expriment selon moi dans vos rapports avec les gens et votre façon de les motiver à vous suivre. Je suis un constructeur. J’aime construire quelque chose depuis le début, et si possible le plus vite possible. Chez mon ancien employeur, la période de construction était terminée. Cette accélération, c’est ce que Dropbox souhaite au Benelux, notamment dans des environnements professionnels, donc les affaires furent vite réglées. Les éléments étaient réunis au bon moment. Bien que ce n’était pas tout à fait ce que je voulais devenir, c’était tout de même une sorte de rêve d’enfant. C’est pourquoi je me suis lancé dans l’aventure. J’ai la chance de pouvoir m’entraîner avec les fondateurs de cette société. Tous les tech-nerds voudraient être à ma place. »

Selon vous, quels grands développements et innovations IT vont encore changer le monde?
« L’Artificial Intelligence a tous les atouts pour jouer un rôle pionnier. À mes yeux, c’est la next new hype, tout comme l’Internet of Things. Tout ce qui est possible est tout bonnement génial, mais nous n’en sommes qu’au début de ces deux grands développements. Qu’allons-nous réellement utiliser et implémenter? Un autre développement est l’arrivée de données biométriques. En tant que société, nous souhaitons être impliqués. Que vous puissiez par exemple montrer vos données dans Dropbox depuis un aéroport. Et personnellement, je trouve aussi très passionnants les développements dans le “workspace environmentˮ. Tout peut être plus simple et plus rapide, afin que nous puissions être plus productifs. Des groupes de personnes peuvent créer quelque chose sans être physiquement reliés. C’est justement ce que je trouve le plus intéressant. »

Chris Moojen
©Nico Van Dam

 

La virtual reality est probablement la première étape vers l’augmented reality, où monde virtuel et monde ‘réel’ fusionneront

 

Que pensez-vous des autres grandes tendances, comme virtual reality, technologie blockchain et paiements mobiles sans contact?
« Il s’agit de trois développements technologiques très différents. Si je ne devais en choisir qu’un, ce serait la virtual reality. La possibilité de créer un monde virtuel est une chose qui, par le passé, semblait uniquement exister dans les films. À présent, c’est devenu réalité et c’est en plus disponible pour le plus grand nombre. Mais la virtual reality est probablement la première étape vers l’augmented reality, où monde virtuel et monde “réelˮ fusionneront. »

Quid des sauvegardes?
« Les sauvegardes représentent un seul aspect de notre entreprise. Il s’agit de la disponibilité des données et de ce que l’on peut en faire. L’étape suivante est le rapprochement de groupes de personnes et la mise à disposition de données. Nous partageons de plus en plus souvent des liens. Il n’est alors pas question de sauvegarde, mais de partage de données. Il s’agit donc vraiment de collaboration, et pas de sauvegarde. Les données constituent un radar important de la collaboration. Dropbox Paper est un environnement de collaboration dans lequel tous les éléments de la collaboration moderne se rejoignent dans un environnement homogène. Nous avons pu libérer un grand nombre de personnes pour son développement, parce que nous avons mis un terme l’an dernier à l’appli de messagerie Mailbox et à l’appli photo Carousel. Faire de tels choix est courageux. »

Si Chris Moojen ne travaillait pas chez Dropbox…
« il aurait volontiers poursuivi sa carrière chez Google et aurait probablement évolué de la même façon vers une start-up de la Silicon Valley. La technique est ma passion et construire, c’est ce que je sais faire… »