Dans certains secteurs, les candidats à un emploi ne se bousculent pas au portillon. L’entreprise doit être plus proactive pour trouver un nouveau collaborateur. Mais comment faire pour trouver la perle rare?

La Banque nationale prévoit la création de 120.000 nouveaux emplois entre 2017 et 2019. En théorie, avec un taux de chômage de 8,5 %, les entreprises ne devraient pas avoir de difficulté à trouver le candidat idéal. Pourtant, les offres d’emploi concernant certains profils techniques comme ingénieur restent vacantes pendant de nombreux mois…

Si une offre d’employé administratif est publiée sur le site du Forem, l’entreprise va être bombardée de CV, car la demande pour ce type de profil est élevée. Par contre, plus le profil est spécifique et technique, plus il sera difficile de trouver un collaborateur.

Approche transversale
Les obstacles qui se dressent sur la quête au candidat ne sont néanmoins pas insurmontables. Pour y arriver, les services de ressources humaines des sociétés en pleine croissance adoptent des stratégies transversales.

Ils diffusent par exemple leurs offres d’emploi sur les serveurs internes. Même si elles sont destinées au départ aux employés de la société, ces derniers peuvent en parler auprès de leur entourage. Certaines sociétés proposent d’ailleurs des incitatifs tels que les bongos, etc. quand un collaborateur interne introduit un candidat potentiel qui permet la signature d’un contrat. De cette manière, elles incitent vraiment les collaborateurs internes à travailler sur le réseautage pour diffuser les informations en externe.

 

le recruteur devrait consacrer son énergie pour rechercher des candidats sur les réseaux et aller à leur rencontre

 

La publication de l’offre sur les réseaux sociaux est également primordiale: elles devraient être accessibles sur LinkedIn, Facebook, Twitter, etc. En théorie, le recruteur devrait consacrer son énergie pour rechercher des candidats sur les réseaux et aller à leur rencontre. Il est également possible de payer pour publier des annonces sur des sites de référence. Objectif: multiplier les canaux de diffusions.

Certaines entreprises font aussi appel à des bureaux de recrutement. Après une analyse détaillée des besoins de la société, ces agences se chargent de trouver les profils adaptés. Un plus pour le service de ressources humaines.

Ouvrir les horizons
À l’avenir, les entreprises collaboreront davantage avec le monde académique pour recruter leurs employés. Dans ce cadre, la fédération Agoria Wallonie a présenté « Les Sésames 2016 ». Une opération pour mettre en avant ses membres les plus actifs dans le rapprochement entre l’industrie technologique et le monde de l’enseignement.

Si ces entreprises ont des difficultés à recruter des collaborateurs en Belgique, pourquoi ne pas élargir les partenariats aux écoles étrangères? C’est à ce moment qu’entre en compte le multilinguisme: dans de nombreuses sociétés internationales, la connaissance de l’anglais est d’ailleurs un prérequis.

Pour attirer davantage de candidats, les entreprises devront également offrir des emplois où le candidat peut donner du sens à sa fonction. Elles devront favoriser un meilleur équilibre vie privée-professionnelle en offrant par exemple la possibilité de faire du télétravail ou d’avoir des horaires flexibles.

En somme, si les entreprises veulent trouver la perle rare, elles devront notamment diffuser l’offre sur le plus de canaux possible et s’ouvrir au marché international. Elles devront continuer à s’adapter aux profils des candidats en proposant des conditions de travail attrayantes.