Les entreprises entrent progressivement dans la quatrième révolution industrielle. L’un des facteurs de cette évolution réside dans ce qu’on appelle l’Internet des objets, un Internet avec des millions d’objets connectés communiquant entre-eux.

Les chiffres donnent déjà le vertige: en 2020, on évalue à plus de 50 milliards, le nombre d’objets connectés sur la planète et à plus de 1.700 milliards de dollars, le chiffre d’affaires qui pourrait en découler. Au milieu de ça, la grande révolution semble tenir en 3 lettres: IoT. La technologie IoT ou Internet of Things recouvre les objets intelligents équipés de capteurs (température, pression, luminosité, mesure de consommation…) connectés au réseau Internet dans le but de recueillir et traiter des données à distance de manière régulière.

 

Les réseaux type GSM/3-4G sont utilisables, mais sont surdimensionnés pour ces objets Damien Hubaux

 

Nouveaux réseaux  
Alors qu’auparavant, ces échanges de données se faisaient majoritairement via des câbles ou des réseaux sans fils classiques, aujourd’hui de nouveaux réseaux à bas coûts sont sur le point de voir le jour. Les données recueillies peuvent créer des actions qui vont améliorer le business et même notre manière de vivre. Plus il y a d’objets connectés, plus des données sont capturées et plus d’impact ils vont générer dans l’industrie. « Les réseaux type GSM/3-4G sont utilisables, mais sont surdimensionnés pour ces objets », insiste Damien Hubaux, general manager chez CETIC.

Communications entre objets
Une fois lancés, ces réseaux permettront effectivement des communications entre un grand nombre d’objets en temps réel, à bas débit – donc à moindre consommation – et sur un très large territoire. « Pour comprendre le principe, l’idée de “Smart Homeˮ est très représentative », exemplifie Frank De Weser, director marketing B2B and IoT chez Orange. « Les prévisions météo peuvent être récoltées sur Internet et communiquées au système d’arrosage automatique qui s’activera ou non, selon la situation ».

 

Qui n’a jamais rêvé d’avoir une voiture intelligente qui vous parle?Frank De Weser

 

Champ de possibilités
Ingénieux et révolutionnaire, ce sont bien les mots qu’il faut pour décrire ce nouveau champ de possibilités qui s’ouvre aux investisseurs. « C’est un peu une transition similaire à celle de l’évolution du téléphone filaire à la téléphonie sans fil », explique Damien Hubaux. Certains secteurs sont plus propices que d’autres à l’implémentation de cette technologie. On pense ici notamment à la domotique (Smart City et Smart Home), à la santé (capteurs E-santé), à l’industrie, à la logistique (système track and trace et Smart Meter) ou encore à l’automobile. « Qui n’a jamais rêvé d’avoir une voiture intelligente qui vous parle, communique avec son environnement, évalue et réagit au danger? C’est ce que permettra notamment bientôt l’IoT », ajoute Frank De Weser.

Projets pilotes
De telles applications améliorent – ou amélioreront – bien entendu considérablement l’activité commerciale. Cependant, les entreprises belges qui se lancent dans l’aventure et mettent de telles idées en pratique sont encore très marginales. « Actuellement, beaucoup de proof of concept ou des projets pilotes voient le jour dans des entreprises », poursuit Frank De Weser. Et pour cause, les réseaux LPWA (low power wide area) qui soutiennent de tels projets sont seulement en cours de déploiement au niveau national.

 

Actuellement, beaucoup de projets pilotes voient le jour dans des entreprisesFrank De Weser

 

Développement en Belgique
Peut-on dès lors voir l’année 2017 comme l’année du grand bouleversement technologique IoT? Pas si sûr! Car, au-delà du déploiement des réseaux, les entreprises doivent penser à développer elles-mêmes des applications qui conviennent à leur business. « Or actuellement, les sociétés belges les plus informées sur la question n’ont fait que programmer certains ateliers de réflexion à leur agenda », insiste Frank De Weser. Le potentiel est pourtant énorme étant donné que, par la suite, la vente de telles applications novatrices en B2B n’est pas à exclure – applications clé sur porte.

Et maintenant ?
Dès lors, comment s’y prendre? Faire naître la discussion à l’intérieur des murs de l’entreprise est un premier pas. Mais les chefs d’entreprise doivent également garder à l’esprit qu’il existe dans notre pays certaines sociétés de soutien à l’innovation.