En collaboration avec

Alain Thiry, Psychologue, enseignant certifié en PNL, directeur du centre de formation « InterActif », auteur de Que sais-je

Nos cinq sens sont le substrat de notre pensée. Celle-ci est constituée de séquences d’images, de sons, de sensations, d’émotions et aussi de notre petite voix intérieure. Plus nous avons de fluidité parmi ceux-ci et plus notre pensée peut être riche et donc nous apporter des performances que nous pourrons exploiter toute notre vie.

Deux périodes d’apprentissage se succèdent chez les enfants avec des objectifs différents et complémentaires. Tout d’abord, l’enfant doit expérimenter pour se construire une représentation mentale du monde qui l’entoure; puis il devra développer des compétences cognitives utilisant ses sens lui permettant d’affronter les apprentissages scolaires.

Développement des compétences sensorielles
La première perception maîtrisée par un bébé est celle de pouvoir repérer visuellement des mouvements autour de lui. Très vite, il développe ses autres sens, comme repérer la voix de ses proches. Dans les premières années, ses expériences par le jeu, les exercices de psychomotricité, le sport… lui permettent de développer des compétences sensorielles qui lui seront utiles toute sa vie, comme par exemple l’automatisme mental d’imaginer un objet les yeux fermés et de réaliser que s’il le visualise plus loin, il le perçoit comme plus petit.

Brillants ou en difficulté scolaire
Le premier défi pour un enfant est donc d’explorer tout ce qui peut l’être pour acquérir les éléments sensoriels de base, pour pouvoir plus tard s’appuyer sur eux pour développer ses compétences d’apprentissage plus formel. En PNL (Programmation Neuro-Linguistique), nous nous sommes intéressés à ce qui caractérise les enfants brillants à l’école et ceux qui sont en difficulté scolaire. Nous observons qu’ils n’utilisent pas les mêmes stratégies cognitives.

 

Dans les premières années de la vie, les expériences par le jeu, les exercices de psychomotricité, permettent de développer des compétences sensorielles

 

Mémoriser un mot
Les meilleurs utilisent toutes les opérations mentales dans une même heure de cours, mais pas à n’importe quel moment. Dans notre centre de formation « InterActif », nous montrons par exemple que pour mémoriser un mot d’orthographe, ils le regardent (visuel externe) en repérant les particularités, puis font l’effort de le visualiser dans leur tête (visuel remémoré) avant de l’écrire (kinesthésique). Alors que certains « mauvais élèves » le regardent rapidement, puis essayent de se le répéter dans leur tête (dialogue interne) en l’écrivant.

Dysorthographie par un dialogue interne
Le dialogue interne entraîne systématiquement une dysorthographie, voire une orthographe phonétique, qui ont l’air d’être résistantes aux efforts des enseignants et des parents, alors qu’il suffit de guider ces enfants dans les bonnes opérations sensorielles pour qu’ils redécouvrent la facilité à apprendre, même l’orthographe. Pourtant, le dialogue interne sera tout à fait pertinent au moment de réfléchir sur ce qu’on a compris de la leçon. Pour accompagner au mieux les enfants dans la réussite, il est nécessaire de se former aux quatre techniques PNL d’apprentissage: compréhension, mémorisation, réflexion, expression. Tout est dans la manière et le respect des étapes, en quelque sorte le secret d’une bonne formation, grâce aux sens.