©RemcoRuiterEn collaboration avec

Remco Ruiter
Directeur Pro Velo asbl / vzw

Lorsque l’on parle des villes de demain, il est rapidement question des « Smart Cities ». Nos concepts destinés à anticiper l’avenir – fluidité des transports, caméras intelligentes et surtout conduite autonome, peinaient à intégrer les recettes du passé qui ont fait leurs preuves.

Vélo en force
À l’heure actuelle, le vélo revient pourtant en force. Les derniers chiffres des autorités font état d’une augmentation de son utilisation pour les trajets domicile-travail de l’ordre de 7 à 16 % entre 2010 et 2016.

Déterminisme culturel
Récemment, le débat allait bon train autour de la question de savoir si le vélo était l’apanage des Flamands. Frédéric Héran, chercheur à l’Université de Lille (Le retour de la Bicyclette, 2014), démontre à l’aide d’exemples éloquents que l’argument du déterminisme culturel ne tient pas la route.

Vélo florissante
Dans ses travaux intitulés « Cycling Cities », la professeure Ruth Oldenziel et son équipe ont dégagé une tendance similaire dans toutes les villes. Après avoir connu un âge d’or de 1900 à 1945, la part du vélo a partout dégringolé. À partir des années 50, c’est à la voiture que nos villes font la part belle, faisant reculer une culture du vélo florissante !

 

“Nos villes sont en transition vers un environnement privilégiant le vélo”

 

Politique de mobilité
Il résulte de ces observations que le recours au vélo n’est pas lié à des facteurs culturels mais relève plutôt de la politique de mobilité appliquée.
À Gand, où un nouveau plan de circulation a été mis en place en avril, la part des cyclistes s’est fortement accrue. L’échevin de la Mobilité est catégorique : un plan vélo, c’est aussi un plan voiture. Les défis liés à la mobilité ne doivent pas être analysés isolément et la « modération de la vitesse », comme le dit F. Héran, est la mesure principale qui contribue à l’émergence d’une communauté cycliste.

Changement de paradigme
À l’heure où l’insatisfaction et le ras-le-bol de la population grandissent à l’égard du trafic routier dans nos villes, nous sommes clairement en train d’assister à un changement de paradigme. Une évolution à laquelle le monde de l’entreprise n’échappe d’ailleurs pas.

Plus de cyclistes
Nos villes sont en transition vers un environnement privilégiant le vélo. À Amsterdam et Copenhague, la tendance avait déjà commencé dans les années 70. Il a fallu attendre les années 90 à Gand, et encore dix ans à Bruxelles. Les premiers signes d’un changement de politique sont également perceptibles en Wallonie. Liège et Namur comptent de plus en plus de cyclistes. Pour conclure, on peut affirmer que l’avenir réside en quelque sorte dans le passé, et en l’occurrence dans l’utilisation du vélo comme moyen de transport de masse.