Le succès d’une entreprise passe aussi par la façon dont elle envisage la manière de travailler de ses employés. Nous avons demandé à des directeurs de ressources humaines comment ils avaient révolutionné leur système de travail. Voici le « New World of Work »

 

Isabelle Sonneville, Directrice des Ressources Humaines chez AXA Belgium

Comment vous est venue cette idée? Pourquoi et comment avez-vous réorganisé votre entreprise?
« Tout s’est décidé au moment où nous avons déménagé. Nous nous sommes demandé comment nous pourrions profiter de notre nouvel environnement au maximum. Nous avons décidé d’introduire la politique managériale des 3B: Bricks: réduction des espaces et pas de place spécifique attribuée à l’employé dans la société. Bytes: renforcement de la technologie et des infrastructures pour augmenter le confort de nos employés. Behaviour: renforcement du mode de collaboration et de la culture d’entreprise en travaillant sur plusieurs facteurs comme la confiance, la collaboration, l’autonomie et la responsabilité. Pour y arriver, nous avons lancé un plan d’accompagnement de plusieurs mois, également suivi par les managers et la direction. »

Cela a-t-il favorisé la vie privée de vos employés? Dans quelle mesure?
« Tout à fait. Le télétravail par exemple est conseillé deux jours par semaine pour les travailleurs à temps plein. Cela évite à nos employés de passer trop de temps dans les transports. Grâce à cette manière de travailler, ils peuvent également s’occuper de leurs enfants le matin ou encore se consacrer à des urgences privées. Cela a eu un impact sur l’absentéisme, qui est en baisse. Bien entendu, nos employés s’organisent pour accomplir les tâches convenues, notamment répondre à des appels depuis leur domicile. Nous faisons également profiter nos collaborateurs d’une politique parentale plus souple. Le co-parent peut prendre jusqu’à un mois de congé parental. Pour le parent principal, c’est 4 mois. »

Quels ont été et quels sont les résultats en termes de performance? 
« Le télétravail permet de réaliser plus de tâches qu’au bureau. Le collaborateur ne doit plus se déplacer. Il arrive également qu’un employé qui, par exemple, s’est cassé une jambe termine sa convalescence en reprenant le travail depuis le domicile, parfois dans le cadre d’un mi-temps médical. Cela augmente la satisfaction au travail, de même que le confort personnel et mental. Il est essentiel que le manager montre l’exemple. Lui aussi est invité à télétravailler! Mais tout en veillant à la cohésion sociale au sein de son équipe. Car nous sommes moins physiquement ensemble. Nous devons donc veiller à organiser les contacts informels au sein des équipes pour faire vivre la culture d’entreprise. »

Siska D’Hoore, Directrice des Ressources Humaines chez Getronics

Comment vous est venue cette idée? Pourquoi et comment avez-vous réorganisé votre entreprise?
« Nous avons introduit ces nouvelles mesures il y a 7 ans déjà. Nous avons profité d’un déménagement dans des nouveaux locaux pour implémenter le New World of Work (NWOW). Plusieurs raisons nous ont motivés: le stress de nos employés, les embouteillages le matin ou encore le besoin de recrutement. Pour ce faire, nous avons favorisé le télétravail et nous avons privilégié les salles de réunion dans nos bâtiments pour permettre les rencontres. Nous avons également opté pour la digitalisation de tout le côté administratif: factures, notes de crédit, certificats maladie… Ensuite, nous avons misé sur la formation de nos employés afin qu’ils gèrent les nouvelles procédures et les nouveaux outils. »

Cela a-t-il favorisé la vie privée de vos employés? Dans quelle mesure?
« Les managers ont remarqué que nos collaborateurs étaient plus satisfaits. Régulièrement, des étudiants réalisent des études sur la satisfaction, qui se sont toujours révélées positives après l’implémentation de NWOW. Il y a aussi cette idée nouvelle que nous ne regardons plus le travail en fonction des heures prestées par les collaborateurs, mais bien en fonction de l’output de chacun. Nous avons d’ailleurs dû former nos managers à interagir avec une équipe qui n’était pas toujours présente. »

Quels ont été et quels sont les résultats en termes de performance? 
« L’amélioration de la productivité est toujours difficile à évaluer. Mais une enquête a révélé que les collaborateurs se sentaient plus productifs. Ce, notamment grâce au NWOW et au nouvel agencement de nos locaux. Ces derniers correspondent plus à la tâche qu’ils doivent exécuter. Le télétravail s’est également révélé assez efficace. Les employés sont moins dérangés quand ils travaillent chez eux. Cependant, il faut que le manager supporte le concept. Il doit également rencontrer ses équipes et s’assurer qu’ils reviennent au bureau en temps voulu. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de la machine à café. La culture du travail peut aussi se réaffirmer par l’organisation de petits ou de grands événements. »

Elke Willaert, Directrice des Ressources Humaines chez Microsoft BeLux

Comment vous est venue cette idée? Pourquoi et comment avez-vous réorganisé votre entreprise?
« Cela fait environ 10 ans que nous avons opéré et que nous opérons encore des changements au sein de notre société sous l’impulsion de notre fondateur Bill Gates. Nous basons notre mode de travail sur la confiance avec les managers – liberté pour répondre aux objectifs demandés –, sur les moyens technologiques et sur la collaboration. Nous avons par exemple développé un outil dénommé Teams qui permet de travailler tous ensemble sur un même projet. Nous valorisons également le télétravail. Dans cette dynamique l’idée de l’échec et de l’apprentissage de ses erreurs est très importante. Tout le monde est ouvert au feedback, le recherche même, ce qui nous permet de créer un esprit d’équipe et d’apprentissage très fort. »

Cela a-t-il favorisé la vie privée de vos employés? Dans quelle mesure?
« Nous avons réalisé des études en interne qui nous ont montré le bien-être de nos employés. Mais ce n’est pas toujours facile. Nous avons chez nous énormément de passionnés. Des gens qui parfois s’oublient dans leur travail. Notre rôle alors est de veiller à ne pas en faire trop. Nous organisons dès lors des sessions de yoga, de mindfullness ou encore des sessions où on apprend à dire “nonˮ. Dans la sphère familiale, on se rend compte avec notre système qu’il est parfaitement possible de combiner une vie familiale avec une carrière dans la technologie. »

Quels ont été et quels sont les résultats en termes de performance? 
« Chez nous la technologie occupe une place importante. Les gens sont fiers de ce qu’ils représentent vis-à-vis de l’extérieur. Ils savent aussi qu’ils ont beaucoup de liberté. Ils se sentent dès lors redevables d’une certaine manière. Cela a d’office un impact positif sur la performance de notre entreprise. »